Your message has been sent, you will be contacted soon
Revista Armonii Culturale

Call Me Now!

Închide
Prima pagină » Poezie » VIRGINIA BOGDAN: où sont les poèmes d’antan?, Étonnée, À vrai dire , Tous

VIRGINIA BOGDAN: où sont les poèmes d’antan?, Étonnée, À vrai dire , Tous

…..où sont les poèmes d’antan?

 

Ni rythmés

ni rimés

ces nouveaux poèmes….

 

Je doute fort

qu’on puisse saisir

leur portée

…souffrance

à vue d’oeil….

Mais

où sont les poèmes d’antan?

 

ces joies

entrecoupées

de nos désirs inassouvis

éparpillées

au long de nos espoirs

fous

les voix des poètes

égarées

dans le brouhaha

du monde…

 

Si pure mon enfance

que ça me fait du mal

 

Si pur l’enfant

que tous les autres deviennent

ennemis

d’un seul trait

 

…un seul trait

qui ne comprend pas

de caractère.

C’est pourquoi….

 

 

Étonnée

de toujours recevoir

le revers de la médaille

en échange

à ma joie de communiquer…

 

…mon enfance….

elle est toujours là

précieux trésor

de mon innocence

que j’ai jamais perdue

elle est toujours là

dans le silence

à l’attente

d’une merveille

comme un ange

des beaux rêves

 

À vrai dire

 

je pourrai jamais mourir

à vrai dire

sans avoir connu

ton amour

cet éclair en moi

qui va répandre

la Lumière qui ne me

quittera jamais.

Jamais

qu’un bruit de bonheur

une promesse

qui m’accompagne

depuis

l’autre monde

 

Je ne pourrai jamais partir

à vrai dire

sans toi.

 

 

Tous

ces endroits….

 

Au moins

le poème

ne fait de mal

à personne

 

J’ai cherché

et trouvé

dans les livres

la communion

la compréhension

qui manque le plus souvent

chez les gens

la communication

la solidarité

l’appui

la sécurité de mes vécus

 

…des “lieux communs”….

 

étranges et étrangers

à mon être

ce poème

qui s’écrit

de mes souvenirs….

 

un autre

moi-même

un peu en retard

sur la vitesse du monde

à l’envers

 

…un peu accroché

à l’amour

épanoui

en cachette

si profond

qu’à peine

l’on fait

supposer

son existence

 

Sa vie

dont il me prête

quelquefois

son soupçon

d’être là.

 

 

Virginia Bogdan