Your message has been sent, you will be contacted soon
Revista Armonii Culturale

Call Me Now!

Închide
Prima pagină » ESEU » Essai… La rencontre, de l’homme avec l’HOMME…

Essai… La rencontre, de l’homme avec l’HOMME…

Essai…


La rencontre, de l’homme avec l’HOMME…


Je pense que la plupart d’entre nous se sont assis, à un moment donné, et ont pensé à quel point une réunion/une certaine réunion signifiait/pesait dans notre vie !…
Et, oui, chose propre : une vraie rencontre est très importante dans notre vie !…
Partant de la rencontre avec Dieu, la Mère de Dieu et ses saints et atteignant la rencontre avec les gens, en particulier avec l’Homme, et pas n’importe quand ni n’importe où mais au bon moment et au bon endroit !
Pratiquement, notre vie est un chemin qui consiste en de telles rencontres providentielles/pronatoires, qui, si elles sont correctement perçues et sérieusement assumées ou appropriées, sont cruciales, conduisant au changement, à la transformation et, pourquoi pas, même à notre transfiguration, elles sont des moments/occasions de révélation ou de découverte sincère et profonde, de Dieu, de nos pairs et, en particulier, de nous, de notre ego et de nous-mêmes, de chacun !…
Entre autres choses, ce qui rapproche les gens dans différentes rencontres, qui, si on les manque, on perd beaucoup, peut-être même tout, c’est l’amour, l’amour, et ici il faut tous se souvenir des belles rencontres quand on s’aimait – ce qui dit de bonheur que nous vivions alors, ce qui émeut tous ces merveilleux événements produits et ce qui fait qu’une personne s’éloigne/s’éloigne de l’autre, de son frère et de son prochain, affectant/altérant ainsi la communion et, par conséquent, détruisant la communauté, c’est le comportement bizarre, hypocrite et hypocrite, c’est-à-dire l’attitude non sincère et duplicité, qui a détruit des familles, des nations, des peuples, des empires, des communautés, des équipes et des institutions et, plus que cela, a attiré la colère de beaucoup et la haine ou la vengeance des autres ! . ..
Au fond, dans un monde plein de solitude et d’égoïsme, de brutalité, de cynisme et de dualisme, de ruse et de mesquinerie, il vaut la peine de vivre et de consommer, jusqu’au bout, l’occasion ou le hasard de la rencontre, qui nous mène en réalité à l’homme et, surtout à Dieu, à la Sainte Ecriture et à la Sainte Tradition pleines de ces paraboles/exemples mémorables, sanctifiants, guérisseurs et surtout salvateurs !…
La plupart du temps, la guérison de quelqu’un s’obtient après une rencontre très utile, mettant à l’épreuve l’homme en nous qui a (encore) le don, la force ou la capacité d’écouter celui qui souffre, impuissance, manque et maladie, de quoi qu’il en soit, qui peut encore partager un sourire sincère et authentique, qui peut rire avec celui qui rit, chanter avec celui qui chante et pleurer avec celui qui pleure !…
Sinon, qui ne se souvient pas des rencontres avec des personnes choisies, spéciales, sincères, dignes, correctes et honnêtes, avec de vrais héros, saints ou personnes symboliques, avec des personnes discrètes mais concrètes, travailleuses mais simples, capables mais modestes, humbles mais altruistes, travailleuses et généreux, frugal mais dynamique et quelle joie ils nous ont tous causé !
Où sont tous ces gens aujourd’hui ?
Ils sont (encore) existent encore, cette catégorie de personnes, nobles et élégantes, délicates et sensibles, mais on n’a (plus) le temps de les voir et de les rencontrer, sans se rendre compte que ce pourrait être la dernière, la seule ou seulement le hasard, en ce sens !…
Plus tard on risque de le regretter mais il sera trop tard, peut-être beaucoup trop tard !…
Dans un autre ordre d’idées, mais dans le même contexte, on retiendra le fait qu’après la résurrection du Christ Sauveur, ceux qui l’ont vu ont fait des découvertes relatives à leur propre personne puis à leurs yeux, décrits par les évangélistes « comme liés ” , ils virent en Celui qui était devant eux Dieu – l’Homme ressuscité et porteur de la vie nouvelle et éternelle. C’est ce qui s’est passé avec Marie-Madeleine, qui a pris le Maître pour un jardinier, avec les disciples qui étaient allés à la pêche et l’ont pris pour un marchand qui voulait acheter leur poisson, avec Luc et Cléopas sur le chemin d’Emmaüs, qu’ils ont confondus avec quelque voyageur. Les disciples dans le pavillon n’étaient pas convaincus que le Maître entrait en eux par les portes verrouillées, et donc ils ne pouvaient pas non plus convaincre Thomas, qui n’était pas avec eux, car il fallait sentir les blessures. Ce n’est qu’après la découverte et le „déliement des yeux”, que les gens comprennent Qui leur rend visite et Qui est Celui Qui découvre la vérité sur la vie éternelle !…
En d’autres termes, la femme samaritaine n’a pas connu le prophète Jésus de Nazareth. Peut-être avait-il entendu parler de lui, car les nouvelles des miracles se propagent à une vitesse très élevée, quelle que soit la période historique à laquelle elles se produisent, à l’époque comme aujourd’hui. Au puits de Jacob, elle rencontre un inconnu qui lui demande de l’eau, malgré les règles strictes liées à l’attitude des Juifs envers les Samaritains. Ce n’est qu’après une longue discussion avec cette étrangère, qui lui parle d’adorer „en Esprit et en Vérité” ou de connaître Dieu dans les circonstances concrètes de la vie, comme le Père Dumitru Stăniloae le définira plus tard, que la femme étrangère Le connaît comme son Sauveur personnel. , qu’elle suit, comme le dit la Tradition !…
Il fallait un chemin, une sorte de pèlerinage intérieur, vers son propre cœur, où devait avoir lieu la véritable rencontre avec le Sauveur Jésus-Christ, tant avec les disciples qu’avec la Samaritaine. La rencontre avec Dieu se fait à son initiative, et notre prière est une préparation de l’âme pour ne pas la manquer, pour la réaliser, pour avoir les yeux ouverts pour voir ce qui ne se voit pas normalement et, surtout, pour ressentir ce qui ne peut ressentie par l’homme qui ne pense pas à rencontrer Dieu. Le chemin du chrétien vers cette rencontre peut être plus long, voire toute la vie, ou plus court, selon la volonté du Seigneur, mais il doit être parcouru par chacun. Le Sauveur peut nous rendre visite même dans les endroits les plus inattendus, la condition étant notre préparation à le voir, ce que lui, en tant que Dieu, sait bien sûr. Je pense que le poème-métaphore de Radu Gyr sur la façon dont Jésus a rendu visite à un prisonnier dans la cellule est révélateur dans ce sens !…
Notre préparation pour rencontrer Dieu a lieu quotidiennement, lorsque nous faisons nos devoirs, allons à l’église ou aidons quelqu’un. Tout cela a pour but d’adoucir notre cœur, afin qu’il devienne sensible à la vue de Dieu, ressente sa présence et en informe « les yeux et l’esprit », afin que l’homme reçoive la révélation de tout son être, âme et corps. Ce n’est qu’ainsi qu’il pourra ressembler à tous ceux qui ont rencontré Dieu et ont changé pour toujours, à commencer par les disciples et la Samaritaine, que nous commémorons ce dimanche, le cinquième après la Sainte Pâque !…
En d’autres termes, la Femme de Sychar est devenue à juste titre un exemple pour les chrétiens. Il a également reçu un nom lié à la lumière du Christ. Même si l’Evangile ne montre pas qu’il ait fait quoi que ce soit d’inhabituel. Au contraire, elle a contredit Jésus-Christ – le Fils de l’homme et lui a parlé comme un homme ordinaire. Ce n’est que lorsqu’il a entendu parler de son passé tumultueux qu’il s’est arrêté pour réfléchir et a commencé à poser des questions sur le lieu de culte. La réponse du Sauveur Jésus-Christ renverse presque tout ce que nous croyons au sujet des églises, tout comme elle a renversé les croyances des contemporains sur la prière et la relation de l’homme avec Dieu. Le temple de Jérusalem était alors pour le peuple juif un lieu de pèlerinage sans lequel la foi mosaïque ne pouvait se concevoir. Les Samaritains avaient formé, pour des raisons historiques, un autre haut lieu de culte. Ils se disputaient à propos de cet endroit et la femme veut demander à un homme de Dieu, un prophète, qui a raison ? Le Sauveur ne rend justice à personne dans cette affaire. Il dit juste que l’approche est mauvaise !…
Ce discours de Jésus-Christ – le Fils de l’homme a été interprété à la lettre surtout par la tradition protestante, lorsqu’elle a compris qu’elle pouvait abandonner l’idée d’un lieu saint ou d’un symbole religieux et considérer le monde entier comme un lieu de culte. Le Sauveur, cependant, n’abolit pas le temple, mais dit que l’attitude de l’homme est plus importante que le lieu où il prie et la Personne à qui l’homme prie rend la prière significative et utile !…
En ce sens, on rencontre souvent encore aujourd’hui des personnes qui voient dans les églises des vestiges d’une approche dite infantile du rapport à la divinité. Pour eux, la divinité peut signifier presque n’importe quoi sur terre ou dans l’Univers, et la relation de l’homme avec elle ne doit être médiatisée par personne. Ainsi, nos contemporains ont fait de l’athéisme une sorte de religion dans laquelle le néant qui remplit tout devient un écho qui répond de manière prévisible à toute question ou appel de l’homme. Essayer de croire que Dieu est un homme en même temps n’a aucun sens dans de telles circonstances !…
Si nous revenons à la Samaritaine, nous verrons que Jésus-Christ (l’Homme – l’Inconnu) qui lui a demandé de l’eau s’est transformé au cours de la discussion en un prophète digne de foi, et à la fin en Celui dont il valait la peine de prêcher dans sa ville, même si les gens n’avaient peut-être pas confiance en ses paroles. Malgré tous ces risques, la femme est devenue apôtre et Jésus-Christ s’est fait connaître, par son appel, à au moins une partie de cette ville !…
Jésus-Christ – L’Homme – Cet inconnu qui peut nous demander de l’eau dans les conditions les plus inattendues est Dieu, Celui qui connaît nos cœurs et attend que nous lui répondions, même si nous posons des questions pour recevoir des réponses supplémentaires. L’idée est de Le laisser s’approcher de nous et d’aller là où Il nous indique, après qu’Il nous ait demandé de l’eau. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons trouver, à notre tour, l’eau dont nous avons tant besoin !
Enfin, n’oublions pas qu’une rencontre peut être une occasion bénie de joie, de bonheur, de communion, de communauté, de vie, d’éternité et de salut !
En d’autres termes, prions Dieu de nous donner (plus) l’opportunité/la chance d’une telle rencontre réelle, honnête, authentique et vraie de l’homme avec l’HOMME et nous, parmi nous, le peuple, de (plus) nous rencontrer, sains, beau, joyeux et utile !…



Stélian Gombos


https://steliangombos.wordpress.com/

Facebooktwitterby feather

Despre Stelian GOMBOS

Stelian Gombos – Scurta prezentare – Nascut la 08.07.1977, in municipiul Oradea, judetul Bihor – Teolog, jurist si publicist – Absolvent a doua facultati: Teologie si Drept – Absolvent a multiple si diferite cursuri, stagii si sesiuni de pregatire precum si a numeroase studii, postuniversitare, masterale, de specialitate, atat in tara cat si in strainatate – Doctor in Teologie – Consilier la Secretariatul de Stat pentru Culte (SSC) din cadrul Guvernului Romaniei – Autor si coautor a 30 de carti sau volume de profil – Autor a numeroase studii de specialitate, lucrari, articole, eseuri, interviuri si recenzii – Initiator, organizator si coordonator a numeroase conferinte, seri duhovnicesti si evenimente spiritual – culturale – Participant la foarte multe simpozioane, conferinte, seri duhovnicesti si manifestari cultural – spirituale – Initiator, organizator, realizator si coordonator a numaroase proiecte, activitati sau campanii social – umanitare precum si actiuni sau proiecte caritativ – filantropice – Colaborator si participant la realizarea si desfasurarea a diferite evenimente cultural – spirituale, proiecte si evenimente social – umanitare sau comunitare – Membru a diferite organizatii, asociatii sau fundatii cultural – spirituale sau comunitar – sociale – Bun comunicator, colaborator, initiator, organizator, coordonator, orator, scriitor si vorbitor!… Eseurile: „Punct si de la capat ori ba?!”, „Romania in si din noi”, „A fi ortodox astazi!”, „Cand m-am intors acasa”, „Cine arunca primul cu piatra?!”, „Ipocrizia”, „Recunostinta”, „Dreapta socoteala”, „Incercarile vietii”, „Judecata”, „Constiinta”, „Preotul”, „Credinta”, „Pocainta”, „Rabdarea”, „Sinceritatea”, „Curajul”, „Unitatea”, „Demnitatea” si „Identitatea”, „Treizeci de ani de la Revolutie”, „Normalitatea” si „Schimbarea”, „Simplitatea” si „Intalnirea” precum si multe altele sunt tot atatea fericite prilejuri sau binecuvantate ocazii de a constitui obiectul sau subiectul unei intalniri, prelegeri, meditatii, discurs, carte ori conferinta, la care va fac aleasa poftire pentru a organiza si, deci, a fi laolalta/impreuna, spre a impartasi, in mod concret, asemenea valori sanatoase si principii comune, in acest an, cu care ne-a (mai) inzestrat, miluit si binecuvantat Dumnezeu!… Asadar, va stau la dispozitie, cu aleasa pretuire si deosebita consideratie!… Pastram legatura!… Dumnezeu sa ne ajute, tuturor, in continuare, in tot lucrul cel bun! Amin!… @Stelian Gombos Telefon: 0745/265661 e-mail: stelian_gombos@yahoo.com steliangombos@hotmail.com steliangombos@gmail.com https://steliangombos.wordpress.com/ https://www.facebook.com/stelian.gombos